MON COMPTE

Le défi architectural qu’a représenté sa construction à l’origine a été relevé par un architecte chinois, Liang Kunhao, qui en a dessiné les plans en s’inspirant de la Cité interdite de Pékin, il y a 20 ans. Les toits sont en saillie, car les Chinois croient aux mauvais esprits. Certains volent et d'autres rampent. Pour les empêcher de rentrer, les maisons sont surélevées et les toits incurvés, ainsi les esprits se cognent et sont rejetés à l'extérieur. Des décors d’animaux y sont présents, comme les dragons, pour protéger des incendies en avalant le feu.  

Le jardin central sera entièrement rénové d'ici fin 2014. Le complexe connaît aujourd’hui une renaissance dans le grand luxe grâce au groupe hôtelier Huatian.

 

 

Nos Nouveautés